Accueil
Rémi CASANOVA PDF Imprimer Envoyer
Index de l'article
Rémi CASANOVA
Thèse
Quelques publications
Toutes les pages

 

Une présentation

de Rémi Casanova                                                           

 

 

Pendant une vingtaine d’années, Rémi Casanova a été instituteur, professeur des écoles spécialisé, directeur d’école et d’Institut Médico-Educatif. Il a ensuite été professeur à l’IUFM de Versailles dans l’AIS (aujourd’hui ASH) avant d’être recruté en Sciences de l’Education à l’université Lille3. Un moment détaché à l’EN PJJ (Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse) où il a rempli pendant quatre ans les fonctions de directeur des Enseignements et de la Recherche, il est revenu à Lille3 depuis janvier 2011. Il est par ailleurs co-rédacteur en chef et directeur de la revue de recherche en éducation Spirale.

 

Depuis de nombreuses années, il mène des recherches sur les violences en institutions éducatives et sur les réponses réussies que les acteurs construisent. A côté de recherches qualitatives menées en équipes de recherche interdisciplinaire (« violences à l’école élémentaire : les enseignants experts en Corse du Sud »), il est impliqué dans les recherches qualitatives menées selon la méthodologie de « l’accompagnement institutionnel » et de la recherche collaborative (“un institut de rééducation mobilisé contre les violences : intervention institutionnelle et déconstruction de situations violentes”).

 

Plus largement, il s’intéresse aux réponses réussies données à l’ensemble des phénomènes institutionnels que la violence peut révéler (« la citoyenneté en IME (…) » « l’incidence des 35 h sur la distribution du travail d’éducation (…) ».

 Il travaille plus particulièrement le phénomène du bouc émissaire qu’il théorise aujourd’hui à partir d’exemples étudiés dans de nombreuses institutions scolaires, éducatives, sanitaires, sociales, judiciaires et dont il fait un « outil de compréhension et de pilotage des institutions ».

Le fil rouge de ses interrogations scientifiques est la pédagogie, qu’il considère comme le test, le vecteur et le promoteur de l’éducabilité confrontée aux terrains sensibles. Il en vient lors à investir la pédagogie comme objet scientifique et à définir les contours de ce qu’il nomme « la pédagogie d’institution ».