Accueil Les orientations de recherche
Les orientations de recherche PDF Imprimer Envoyer

Proféor-CIREL se fixe trois orientations de recherche :
Saisir le travail éducatif selon différentes perspectives d’analyse
Un ouvrage (coord. P.Champy-Remoussenard, C. Niewiadomski) capitalise le travail engagé au sein de l’équipe (parution prévue automne 2013). Il comporte des textes de chercheurs de Proféor-CIREL, de chercheurs associés et de chercheurs externes. Il fait suite à un ensemble de séminaires thématiques et montre à partir de champs de recherche, d’objets ou de terrains d’investigation originaux, la manière dont le travail éducatif est « approché », « éclairé », « compris », « questionné» tant du point de vue méthodologique que conceptuel. Deux logiques sont retenues : saisir le travail éducatif dans la pluralité de ses formes et déclinaisons tout autant que dans ses aspects génériques.
Le dialogue au sein de l’équipe a ainsi permis de stabiliser en partie ces approches plurielles. Deux niveaux de compréhension sont adoptés: à l’échelle d’une vie, d’un parcours (approche privilégiant la biographisation et les questions d’orientation) ou à l’échelle d’un métier, d’un dispositif (approche privilégiant l’analyse de l’activité. Les concepts d’expérience et d’épreuve, mobilisés par ces différentes approches, semblent pouvoir articuler les deux niveaux d’analyse. Les concepts de « double référence » ou d’ « implication paradoxale », mobilisés lors des recherches  « stages  enseignants en entreprise » et IDEE (Innovons et Développons l’Esprit d’Entreprendre, recherche CIREL proposée par l’équipe Proféor) semblent là encore heuristiques pour saisir le travail éducatif à partir d’épistémologies diverses.
Identifier les limites, frontières et périmètre du travail éducatif
L’analyse du travail éducatif sous l’angle de son périmètre est une voie particulièrement intéressante pour en étudier la nature et les formes. A nouveau, c’est sous des angles divers que l’équipe tente d’appréhender ce périmètre fluctuant et ses dynamiques :
– le contexte du travail éducatif : travail aux marges de l’école ou d’autres institutions éducatives comme la famille ou les institutions du travail social, le travail éducatif dans d’autres contextes professionnels (travail social, santé, entreprises, etc.). Il s’agit de comprendre ce qui caractérise le travail éducatif dans les contextes et de manière générique ;
– les frontières entre plusieurs contextes du travail éducatif et l’analyse des relations qu’ils entretiennent : travail éducatif des et avec les familles ou avec les travailleurs sociaux, école et monde du travail. Si le travail éducatif s’inscrit dans des contextes variés, la connaissance des dynamiques entre ces contextes restent très lacunaires ;
– la mise en mots du travail éducatif, sa « formalisation » et leurs limites;
– des formes originales du travail éducatif et qui interpellent les disciplines instituées et la forme éducative : les éducations à la citoyenneté, l’esprit d’entreprendre, la santé, à l’orientation ou à l’éducation artistique ;
– le travail éducatif considéré à un niveau international, en lien avec l’impulsion des politiques et dans une perspective d’éducation comparée.  Le séminaire d’études européennes Circulation et médiation des savoirs, des connaissances et des informations en Europe, organisé avec le laboratoire local d’Info Com Geriico (proposé dans le cadre de l’ED SHS en tant que séminaire CIREL) matérialise cette perspective d’analyse du travail éducatif mise en perspective avec les politiques éducatives supranationales et leur impact ;
– le travail éducatif considéré sous l’angle de l’éducation inclusive et la lutte contre les exclusions scolaires, dans une perspective de comparaisons internationales.
Explorer les modes d’accès au travail éducatif.
Accéder à une connaissance et une compréhension du travail éducatif à partir de points de vue épistémologiques et méthodologiques pluriels a conduit l’équipe vers plusieurs questionnements considérés comme fondamentaux. Les avancées qui y sont liées constituent des ressources pour l’ensemble des travaux menés au sein de Proféor-CIREL :
– comment mettre en évidence le travail éducatif comme processus ?
– étudier la mise en mots du travail éducatif dans une perspective essentiellement qualitative (perspective méthodologique : mise en intrigue, écriture sur activité, analyse lexicale) ;
– étudier la mise en mots comme dimension du travail éducatif ;
– étudier l’indicible et l’invisible en lien avec les dimensions cachées du travail éducatif.


Ces trois axes se manifestent au travers de deux programmes de recherche et d’une perspective d’analyse transversale.


Deux programmes de recherche et une perspective d’analyse transversale
Deux programmes de recherche qui spécifient la manière d’analyser le travail éducatif et ses évolutions émergent. Ce que nous appelons programme de recherche comprend à la fois nos activités d’échanges sur les cadres théoriques, les concepts, les auteurs, les méthodologies impliquées par les questionnements liés au programme et les chantiers de recherche. Le programme de recherche se démarque des temporalités des recherches contractualisées.
- Le programme de recherche « Relation école/entreprise et processus d’orientation/insertion scolaire et professionnelle »
Les recherches portant sur la relation école/entreprise ou école/monde du travail actuellement en plein essor fédèrent de manière durable une partie importante du travail collectif.
Les travaux sur l’éducation à l’entreprenariat proposés comme projet transversal du CIREL positionnent l’équipe et le laboratoire en première position en France dans la recherche en éducation sur ces questions. Le développement des travaux sur l’éducation à l’entreprenariat constitue un enjeu pour comprendre les évolutions du travail enseignant et de la forme éducative. A la suite d’une étude réalisée pour le rectorat de la Guadeloupe (Champy-Remoussenard, 2008) un partenariat est en projet avec l’Université des Antilles Guyanne. Des contacts opérés à l’échelle internationale (Québec, Suède, Suisse) font envisager un colloque et une recherche à dimension internationale dans les deux ans.
Les travaux sur les stages en entreprise seront amenés à se prolonger dans une recherche de type ANR analysant le rôle de ces dispositifs dans le travail éducatif et ses liens avec les milieux professionnels. Plusieurs partenaires sont déjà  engagés (LISEC, INETOP/CNAM, UMR EFTS).
Les travaux sur l’orientation scolaire et professionnelle appréhendés sous un angle anthropologique poursuivront  l’analyse des questions d’insertion et de professionnalisation des études et des parcours.
Enfin les recherches portant sur les relations entre travail et processus de certification sont appelées à se développer avec pour premier projet l’organisation d’un colloque national sur les 100 ans du CAP.
A partir de ces recherches qui se saisissent de dispositifs pédagogiques souvent innovants (cf. Thème transversal « Activité et innovation » de Lille3), il s’agira de formaliser des concepts émergents – entre autres ceux d’implication paradoxale et de double référence - permettant de comprendre et, à terme, orienter les relations école/ monde du travail.
- Le programme de recherche « Formalisation de l’activité et récit de l’expérience formative et professionnelle : aux croisements entre analyse de l’activité et approches biographiques ».
La notion d’expérience, fondamentale en matière de recherche sur le travail éducatif, s’articule avec les axes transversaux du CIREL. Parce qu’elle structure les processus de professionnalisation et de construction de l’identité professionnelle des acteurs du travail éducatif, elle sous-tend la compréhension de leurs discours, activités et trajectoires. Autour de l’expérience, nous souhaitons articuler deux dimensions irréductibles l’une à l’autre :
– le registre de l’activité supposant l’accès à son exercice effectif, incluant ses dimensions mal visibles (Champy-Remoussenard, 2013) et le réel de l’activité; le registre du vécu biographique de l’action (Niewadomski, 2012) supposant la prise en compte de la subjectivité de l’acteur social. L’étude du discours des acteurs constitue la voie privilégiée ici.
Trois chantiers principaux permettront de porter ces ambitions de dialogue :
Le projet soumis à la région sur le thème « Interroger les représentations des usagers et les conditions contemporaines d’exercice des métiers du soin et du travail social en région Nord – Pas de Calais » (2012-2015, partenariat FNARS Nord-Pas-de-Calais et l’ARTS - IRTS Nord – Pas de Calais). Il aura pour but d’interroger les représentations des usagers et les conditions contemporaines d’exercice des métiers du soin et du travail social.
- La recherche avec le Centre de Recherche sur la Formation (CNAM) à propos de la qualité en formation dans le secteur de la santé. Dans la continuité des précédentes collaborations, il permettra d’étudier la qualité dans l’exercice du  travail éducatif.
- La recherche sur les pratiques en cours dans les Hubhouse en matière d’accompagnement des étudiants en SHS porteurs de projets entrepreneuriaux (G2R2H). Initiée lors du quinquennal précédent en articulation au niveau régional avec d’autres équipes d’autres disciplines, elle s’inscrit dans la stratégie de la région Nord Pas de Calais (SRIE), partenaire du projet.
Enfin un colloque sera organisé de manière à faire dialoguer les différents courants français d’analyse de l’activité (cf. Champy-Remoussenard, 2005).

Prise en compte de façon transversale des questions de santé dans le travail éducatif
L’équipe entend prolonger et développer sa sensibilité aux dimensions éducatives des activités de santé  en étudiant les questions de santé dans les transformations du travail au sein des institutions éducatives (en lien avec les parcours de  masters, Education et santé, RHIE, et M@dos notamment à travers : la mise en mots des maux du travail éducatif et les questions de santé au travail dans ces activités ; les différents modes d’accompagnement de la vulnérabilité qui suppose une dimension éducative dans les métiers du soin (éducation thérapeutique du patient, accompagnement de la prise en compte du handicap et de la qualité de vie, professionnalisation des acteurs et des activités du champ  de la santé sur ces registres de leur travail).