Equipe PROFEOR - CIREL EA 4354

Accueil du site > Actualités > Evénements anciens > Séminaire Profeor du 15 avril 2009
  • Statistiques
  • Dernière modification :
    Le mardi 11 janvier 2011
  • Statistiques contenus :
    Articles : 80 -  Sites : 7 - 

Séminaire Profeor du 15 avril 2009

Aude Bolatre : Enjeux de la vidéo dans une formation d’élite : le cas de l’agrégation externe d’éducation physique et sportive

Présentation des travaux menées par Aude Bolatre pour le Doctorat de sciences de l’éducation :

- Le thème de ma recherche porte sur l’agrégation externe d’éducation physique et sportive, à travers laquelle nous étudions la place et le statut de la vidéo dans la formation des agrégés. Le sujet concerne spécifiquement la troisième épreuve orale d’admission de ce concours, épreuve pour laquelle le candidat doit utiliser l’outil vidéo pour filmer puis analyser sa prestation physique au cours d’une auto confrontation devant un jury d’experts. La question de départ est la suivante : « En quoi la vidéo est-elle un outil pertinent d’évaluation lors d’une épreuve de concours d’agrégation en éducation physique et sportive ? »

- Nous sommes passées d’un cadre inspiré de la sociologie dite classique des organisations selon Crozier et Friedberg (1979) à celui de la sociologie des sciences et techniques développée par Madeleine Akrich, Bruno Latour et Michel Callon (2006), plus particulièrement celui de la sociologie de la traduction appelée : théorie de l’acteur-réseau afin de traiter cette question. En effet, cette théorie permet de tisser des liens pouvant exister entre des évolutions micro-organisationnelles (dans notre étude, ce qui se passe dans le dispositif d’évaluation pour l’agrégatif) et macro–organisationnelles (dans le cas présent, la création d’institution comme l’Ecole Normale Supérieure de Cachan section EPS en 2002) qui n’auraient aucun rapport direct a priori. De plus, cette théorie propose d’attribuer aux objets techniques, définis comme des non-humains, un pouvoir d’action sur le sujet dans la situation.

- Notre problématique se décline à deux niveaux :

1. au niveau micro-organisationnel, la vidéo a-t-elle une action et un rôle spécifique contribuant à la formation des agrégés d’EPS ?

2. au niveau macro-organisationnel, l’ENS devient un enjeu majeur dans la formation des élites. Doit-elle combler un manque dans la formation des élites en EPS ? Ce manque serait-il l’abandon par les UFR STAPS (les Unités de Recherche et de Formation en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) des recherches concernant les problématiques de l’intervention en EPS.

Une des hypothèses principales est qu’il y aurait une chaîne de traduction constituée par un réseau permettant d’engager un changement dans la façon d’utiliser l’outil vidéo en fonction des compétences attendues pour enseigner l’EPS. Ce changement serait porté par un traducteur, personne capable de problématiser, d’analyser et de constituer le réseau pour la conduite du changement.

- Nous avons donc réalisé des entretiens auprès : des membres de jury de l’oral 3, du président de jury de l’agrégation en poste entre 2003 et 2006, d’un inspecteur général en éducation physique et sportive, des directeurs de l’ENS Cachan section EPS, des agrégatifs en EPS de l’ENS Cachan, ainsi que des enseignants formateurs à cette épreuve afin de reconstituer ce réseau. Ces entretiens ont été complétés par la passation d’un questionnaire sur place à Fontainebleau, entre 2004 et 2007 auprès de 138 candidats sur 240 passant les épreuves du concours, afin de comprendre comment ces futurs agrégés utilisent la vidéo et la place qu’ils accordent à l’outil durant cette épreuve.

- Au final l’analyse de ces données permet d’exposer les différentes étapes pour comprendre comment s’élabore la mutation. Ainsi la traduction est réussie si elle n’a pas engendré un détournement de sens.

  • Il n'y a aucune image...
  • Il n'y a aucun document...
Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | Mgs Espace Admin